Voyages en absurdie` Stéphane de Groodt

____________________________9782259222464

Voyages en absurdie 

Stéphane de Groodt

Plon

Chroniques

199 pages

__________________

 

« Vous le sachez peut-être, oui bon je dis ce que je veux… et si vous le savez pas je vais vous le dire quand même, parce qu’un homme averti en vaut deux et qu’une femme avertie en vaut la peine, mais ces chroniques, du latin chronicum et du franco-grec chroNikos, m’auront permis-de-conduire ma plume à Londres de moi-même, aux six côtés de l’Hexagone, aux plus hauts sommets des profondeurs, dans les régions les plus reculées, avancées, assises, debout, couchées des quatre coins du monde pour des rencontres aussi sûres que réalistes, aussi curieuses que rieuses.

D’une simple touche sur mon clavier à spirale j’ai rencontré Reza Pahlavi, le fils de feu le Shah et de la chatte, ai vu danser Régine le twist à gaine, me suis transporté de la baraque d’Obama au jacuzzi de Silvio, me suis encastré dans Fidel, suis entré dans la reine, ai fait marcher Delon en large, ai été à la peine avec Jean-Marine, et laissé à terre Mitt… »

____________________________________                            _________________________________

Mon avis

Quand j’ai commencé ce blog, je me suis dit qu’il fallait quand même que je parle des livres que j’avais lu il y a quelques temps, et pas seulement ceux que je venais tout juste de le lire (pour qu’il y ait de la matière) et me suis dirigée vers celui-ci. 

Pourquoi celui-ci? Parce que je l’ai lu il y a quasiment un an maintenant, et qu’ils sont rares ces livres qui me font sourires ou rires, il en fait partie. Je regardais l’émission de Canal + (le supplément), uniquement pour ce passage là, et j’étais sûre de passer à côté de certains jeux de mots. Pouvoir lire ces chroniques noir sur blanc me semblait être un privilège, alors je l’ai acheté – puis ça change des romans, récits, non?

Je suis une amoureuse des jeux de mots – mon frère et mon père n’y étant pas pour rien dans cet amour -même si je ne fais rire que moi. Et quel plaisir de confirmer qu’à l’oreille j’étais passée à côté de quelques pépites. Je n’aurai pas grand chose à dire de plus, je pense que la quatrième de couverture explique – exprime très bien l’esprit et ce qu’on y trouve. Puis, je trouvais sympathique d’en faire l’éloge aujourd’hui, sachant que le « Tome 2 » : Retour en absurdie et un Dvd  (je crois), viennent de paraître. 

Alors évidemment, je conseille de lire une chronique par-ci par là, sinon il est peut être un peu difficile à digérer; une chronique chaque soir avant de s’endormir me semble être un bon compromis.

Bonus : un extrait sur Brel que j’aime beaucoup.

« […] Il m’explique que solitaire, il compose des chansons en vers, et toujours contre tout… Je lui rapelle qu’enfant déjà, il poètait plus haut que son culte. Marquant une prose, il me répond que c’était un atout de séduction très efficace, lui qui a toujours été un homme affable […] Tandis qu’il s’enfuit déjà, il m’offre des perles de pluie. Mais à Brel la pluie le beau temps non?… » 

N’est-ce pas fabuleux?

1 Commentaires / Ajoutez votre commentaire ici

Laisser un commentaire