Semaine Saint-Valentin ; Elle & Lui – Marc Levy

3______________________________

ELLE & LUI

Marc Levy

 Robert Laffont/Versilio

Roman

396 pages

_______________________________

« Un site de rencontre les a réunis.
Il ne sont pas devenus amants, mais amis.
Et ils comptent bien en rester là…
Elle est  actrice. Lui écrivain.
Elle s’appelle Mia. Lui Paul.
Elle est anglaise. Lui américain.
Elle se cache à Montmartre. Lui vit dans le Marais.
Elle a beaucoup de succès. Lui pas vraiment.
Elle est même une star. Mais lui ne le sait pas.
Elle se sent seule. Lui aussi.
Il la fait rire. Elle enchaîne les maladresses.
Elle ne doit pas tomber amoureuse. Lui non plus. »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Avant Propos

Nous sommes à quelques jours de la Saint-Valentin et j’ai décidé de faire quelques articles sur le sujet – enfin disons à propos de l‘Amour. Hier, j’ai fait un tag sur ces Stars avec qui on pourrait flirter – enfin Je. Aujourd’hui, on  revient aux livres; on parle Marc Levy et Romance.

Mon avis

Quand Lauren et Arthur débarquent à Paris pour retrouver leur ami Paul, ils se rendent vite compte que ce dernier frôle la déprime, sans oublier le néant niveau relation sociale. Bien décidés à l’aider ; ils vont provoquer le destin en l’inscrivant sur un site de rencontre.
Quant à Mia, elle, débarque chez une amie à Paris pour s’éloigner de ses problèmes et se retrouver. Elle finira  (si je puis dire), elle aussi – et par pure curiosité, inscrite sur ce site, sous un faux profil.

Marc Levy mêle dans ce roman Amour et Comédie. La rencontre entre nos deux personnages principaux est nourrie de quiproquos et de mensonges, tout ce qui fait la bonne comédie. Cette rencontre qui se voulait être un fiasco, s’avérera finalement être le début d’une belle amitié.
J’ai lu ce livre en une soirée ; le fait qu’il soit composé principalement de dialogues donne un rythme fou à l’histoire ; on s’attarde sur les relations, et sur rien d’autre.
Je dois avouer que j’ai beaucoup aimé l’idée de l’amitié garçon/fille ou homme/femme (comme vous voulez), même si je savais d’avance comment ça allait se terminer, et n’ai pas eu tort.

Quand on dit Marc Levy, on dit: « oulala, c’est honteux », parce que c’est le genre d’auteur qu’on ne doit pas lire – ou du moins, bien se cacher de le dire. À mon actif, je n’ai lu  que trois livres de cet auteur ; l’un il y a dix ans, l’autre quatre. Aujourd’hui, je voulais renouveler le genre ; être dans mon thème saint-valentin, et prouver mon esprit contestataire face à cet élitisme français du : pas assez littéraire toussa toussa. Oui, j’ai des combats vains (aha).

« J’ai provoqué un peu le destin, et alors? Je te le répète, la décision t’appartient.
– Quel décision?
– De partager avec d’autres ce que tu as écrit. Tu n’es pas Hemingway, mais ton histoire peut apporter un peu de bonheur aux gens qui la liront. Par les temps qui courent, ce n’est déjà pas mal. »
p.39

Cette citation résume très bien ce que je pense. Je crois que nous avons besoin d’auteur comme lui ; qu’on soit dans la quête d’un bonheur, d’un souffle joyeux, d’une jolie histoire, mais aussi pour donner à des plus jeunes, l’envie de lire – comme ce fut mon cas. Où est-ce que je veux en venir? C’est simple..  dans ce livre on y trouve quelques clichés (l’histoire du portable, des scènes d’aéroport), des dialogues un peu faciles, une fin quelque peu rapide, mais je pense que le job est fait (bel argument, là). J’aime les livres, et j’aime les écrivains. Aujourd’hui ce n’est pas Marc Levy que je remets en cause mais bel et bien mon évolution : j’ai grandi, j’ai vieilli, et mes goûts littéraires, eux aussi, ont évolué – logique et inévitable, je crois. Je ne suis plus « la cible », enfin je pense (bis repetita) .

En bref – et malgré cela, j’ai passé un bon moment avec ce livre. Je l’ai commencé, je l’ai terminé. Je m’attendais à une histoire d’amour, je l’ai eu. C’est efficace, joyeux et léger. Sous décor parisien, tous les amoureux d’histoires pétillantes s’y retrouveront. Si vous aimez ça, vous allez adorer. Si non, je vous le déconseille.

ps : la couverture

13.5/20

Envie de le lire?
Un avis sur Marc Levy?
Un roman spécial saint-valentin à me conseiller? 

/ Ajoutez votre commentaire ici

  1. Oh tu l’as déjà lu 🙂 j’avoue que je n’ai lu qu’un livre de l’auteur, que ce n’était pas exceptionnel mais que je l’ai lu extrêmement vite, surtout à cause des dialogues qui donnent du rythme comme tu le dis.

  2. Pas vraiment envie de le lire non, je crois malheureusement faire partie de ces gens pour qui Marc Lévy, Guillaume Musso et consorts ne sont pas incontournables. Je les mets dans le même paniers que tous les auteurs de chick-lit à vrai dire.
    Oui je sais, c’est mal 😛

    1. Aha, mal? je ne pense pas.
      Pour ma part, je défends avec ferveur ces auteurs, même si je n’achète pas forcément leurs livres, je les trouve utiles et nécessaires, comme dit dans mon article, surtout pour donner le goût de la lecture. Perso, je suis passée par ces « petites histoires » avant de pouvoir m’attaquer aux grands auteurs. L’évolution littéraire, en quelque sorte.
      Puis la légèreté fait du bien (de temps en temps, non?)

      Après, je comprends vraiment ton commentaire. Sincèrement, même.

      1. J’ai plutôt tendance à penser que ceux qui commencent à lire grâce à ce genre de littérature s’y cantonnent durablement en fait… et je trouve ça dommage parce qu’il y a tellement à découvrir en matière de livres!

        Mais je suis d’accord: un peu de légèreté ne nuit pas, au contraire 🙂

        1. Ah moi, je ne suis pas forcément d’accord. Y retourner, oui. S’y cantonner, pas forcément. Ça existe et c’est sûrement le cas pour certaines personnes, bien sûr, et c’est dommage. Mais, je fais partie de ces gens qui, à l’école, les livres ne les intéressaient pas et préférais mille fois inventer l’histoire plutôt que d’ouvrir l’un de ces bouquins. Quand tu n’as ni entourage proche, ni l’école pour t’apprendre « à lire » ou t’en donner concrètement l’envie. Seuls ; le temps, la curiosité et ces livres « accessibles » te permettent de te réconcilier avec la littérature. Et, je pense qu’au fil des années, de l’âge qu’on prend – la possible maturité, ces diverses lectures, on finit par évoluer – s’ouvrir davantage, et naviguer entre des classiques et ces romans là. L’éclectisme par excellence. C’est comme ça que dans ma bibliothèque se croisent des auteurs qui sont aux antipodes les uns des autres.
          Après, peut-être me trompe-je totalement. Peut-être ne suis-je pas assez objective, ou trop égocentrique. Peut-être.

  3. Bon, je vais suivre le conseil qui… le déconseille si l’on n’est pas fan. Cela dit, je n’ai rien contre Marc Levy, j’ai apprécié certains de ses livres, comme Guillaume Musso, mais en ce moment je suis retourné à des lectures plus classiques…

Laisser un commentaire