Respire – Ten Tiny Breaths – Tome 1 ; K.A Tucker

_______________________________2

Respire – Ten tiny Breaths
Tome 1

K.A. Tucker

Hugo Roman

Roman

360 pages

_______________________________

L’amour peut-il tout guérir? 

« La vie de Kacey a explosé. Ses parents, sa meilleure amie et son petit ami sont morts dans un accident de voiture dont elle est la seule rescapée.
Souhaitant échapper à son passé, à une tante et un oncle peu scrupuleux, Kacey achète deux tickets de bus et part à l’aventure pour Miami avec Livie, sa sœur de 15 ans. Elles s’installent dans un petit immeuble et font la connaissance de leurs voisins. En particulier, la pimpante Storm et le beau et mystérieux Trent…
Nouvelle vie, nouveau job, nouveaux amis, Kacey parviendra-t-elle à chasser tous les démons qui la rongent? »

_____________________________

Mon avis

C‘est assez difficile de passer à côté de cette saga, tant on en a entendu parler sur la blogo – chroniques, en général, mi figues – mi ananas… c’était sans compter un calcul assez simple : Couverture en top 3 de mes favorites + Tucker = Livre de mars. Puisque le challenge « un mois une consigne » exige un auteur commençant par la lettre T

Quand on lit la quatrième on s’attend déjà à ce qu’un mec magnifique et mystérieux vienne nous sauver notre héroïne à l’âme brisé. On lit les premières pages et on a l’impression d’avoir lu ce livre au moins un millier de fois, limite on connaît déjà la fin… je me demandais pourquoi je retournais sans cesse dans ce genre de littérature… qu’au final, je ne connaissais que trop bien, puisque plus rien ne me surprenait… ah, les préjugés des premières pages !

Kacey est une jeune femme brisée. Elle a perdu, suite a un accident de voiture, ses parents, sa meilleure amie et son petit ami. Après un temps à l’hôpital et une longue rééducation, elle et sa soeur Livie, vont vivre chez leur tante et leur oncle. Kacey se perd dans la drogue, dans le sexe… puis dans la boxe. Elle tente en vain de canaliser sa haine, sa colère, pour ne pas exploser. Jusqu’au jour où, suite a un événement, elle décide de prendre sa sœur sous le bras et partir vivre à Miami. Recommencer d’une certaine manière une nouvelle vie.

« Je me souviens d’avoir trouvé un brin de réconfort lorsqu’on a emménagé chez Oncle Raymond et
Tante Darla : un nouveau lycée et des nouvelles personnes qui ne savaient rien de moi.
J’étais assez  bête pour penser que les regards de pitié cesseraient suffisamment longtemps
pour me laisser du répit. Mais les nouvelles vont vite dans les petites villes,
et je me suis souvent retrouvée à manger mes repas dans les toilettes ou à sécher les cours pour éviter les chuchotements.  Mais aujourd’hui, nous sommes à des centaines de kilomètres du Michigan.
On a réellement une chance de recommencer à zéro. »

p36

Alors bien sûr, on a le schéma de base – cité plus haut – préjugé des premières pages comme je le disais, malgré tout on se laisse prendre au jeu et les pages défilent les unes derrières les autres, inévitablement. Les personnages autant principaux que secondaires sont travaillés, on s’attache pour la plupart. Moi, en tout cas. C’est bizarre parce que de prime abord, ce livre ne paie pas de mine… et pourtant, il m’a chamboulé. Ce n’est pas peu dire . Il m’a chamboulé par son sujet – les sujets. Je ne pleure pas en lisant, jamais. Et celui-ci a réussi à me mettre les larmes aux yeux, plus d’une fois. Je n’ai pas pu rester insensible face à ce qui était écrit, face à cette histoire. Impossible, même. Les carapaces qu’on se crée, ces émotions qu’on essaie de maîtriser, d’éteindre, de masquer. L’illusion face aux autres. La chute. La douleur. La protection, pour survivre. L’apathie pour armure. Des moyens de substitution. Des mensonges. Se poser des questions, mille, un milliard, puis l’acceptation, pour essayer de pardonner , pour vivre, et guérir, ou se soigner. Ou disons, aller mieux. 

Je n’ai pas envie de vous spoiler, mais la fin est surprenante. Si on peut trouver la moitié du roman un peu banal, un peu classique – pour le genre, l’autre moitié est surprenante. Sous ses airs de drame, cette New-Romance aborde des sujets fort intéressants – sachant qu’il ne s’agit pas livre érotique, que ce soit dit. Quand on arrive aux pages où l’auteur nous dévoile certaines choses, on reste scotchés, sachant qu’évidemment on a déjà émis « l’hypothèse », mais croyez-moi, je ne voulais absolument pas qu’elle arrive, et pourtant elle l’a fait. Du coup, comme Kacey, on fait le travaille, on évolue avec elle, on se projette, on s’imagine…

Alors, même si cette première partie un peu longue, ce roman est pour moi un bon roman. La deuxième partie étant le pourquoi de cette bonne appréciation. J’ai aimé le lire. J’ai aimé les personnages. J’ai rigolé, j’ai eu envie de pleurer. J’ai ressenti de la colère, puis une certaine joie. On passe par mille étapes. Puis, il a bien fallu refermer le livre, je me suis dit que je lirai le tome 2 avec plaisir.

« Dix petites inspirations. Saisis-les. Sens-les. Aime-les. »

16/20

Livre Mars ; Challenge 2015

/ Ajoutez votre commentaire ici

Laisser un commentaire