Nos faces cachées ; Amy Harmon

6______________________________

NOS FACES CACHÉES

Amy Harmon

 Edition R
Robert Laffont

Roman

438 pages

_______________________________

« Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l’on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses seize ans. Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu’à ce qu’il cesse de l’être…

Nos faces cachées est l’histoire de cinq amis qui partent à la guerre.
L’histoire d’amour d’une jeune fille pour un garçon brisé, d’un guerrier pour une fille ordinaire.
L’histoire d’une amitié profonde, d’un héroïsme du quotidien bouleversant.
Un conte moderne qui vous rappellera qu’il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous… »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Mon Avis

Il était difficile de passer à côté de ce livre, n’est-ce pas?
Engouement général autour de ce livre et, coup de cœur pour beaucoup.

Ambrose Young est un lutteur exceptionnel. C’est aussi un garçon beau comme un Dieu et adulé par la plupart de ses camarades.
Fern, quant à elle, se trouve être la définition même de la banalité ou de l’ordinaire. Physiquement, elle n’est pas jolie (rousse, trop mince, appareil dentaire), juste transparente. Elle passe la majeure partie de son temps dans ses romances – qu’elle lit, ou qu’elle écrit, et à prendre soin de son cousin et ami, Bailey, atteint de Myopathie.
Rita, amie de Fern et Bailey – qui s’avère être une très jolie fille – est, elle aussi, sous le charme de cet Ambrose. Elle va alors demander de l’aide à Fern pour écrire quelques lettres d’amour à sa place à l’intention du lutteur. Premier choc quand il comprendra que ces lettres sont de la plume de Fern et non celle de Rita. Second choc, quand Ambrose, étant de moins en moins en adéquation avec sa vie, décidera, avec ses meilleurs amis, de s’engager dans l’armée.

Par où commencer? Je dirais qu’il est assez rare quand tous les personnages me « plaisent », et c’est le cas dans ce livre, même si, pour Ambrose il a fallu attendre la deuxième partie. Je pense qu’on ne peut pas rester insensible face aux épreuves qu’ils traversent, c’est certain. J’ai aimé la douceur de Fern, le caractère d’Ambrose et la force chez Bailey (non, j’ai tout aimé chez Bailey, surtout son humour).
J’ai aimé l’intention de l’auteur ; l’amitié qu’elle met en avant – la différence des caractères mais aussi une certaine symbiose qui se créée entre trois personnages. J’ai aimé la certaine philosophie face aux difficultés de la vie, la leçon d’humanité qu’il en ressort, de courage, aussi. Tout ceci est incontestable.
J’ai adoré retrouver Shakespeare – dans ses « sonnets » ou dans « Hamlet » (comment me prendre par les sentiments!!!). J’ai aimé l’idée de l’échange à travers peu de mots : « Ballon ou Cerf-volant? » , « L’intelligence ou la beauté? » , « Vieux ou neufs? » J’ai été charmé par tout ça, oui.

« L’amour n’est pas le jouet du Temps,
Bien que les lèvres et les joues roses
Soient dans le cercle de sa faux recourbée :
L’amour ne change pas avec les heures et les semaines éphémères,
Mais il reste immuable jusqu’au jour du jugement. »
Sonnet 116 – Shakespeare
(un de mes favoris)

Mais pour moi, malgré toutes ces choses positives, quelque chose m’a manqué. J’ai trouvé qu’il y avait trop de drame alors que tout se passait bien trop vite; qu’on ne s’attardait pas suffisamment pour être totalement convaincu par l’histoire – elle l’aurait mérité amplement. Que l’idée de fond, celle de nous rappeler qu’on ne peut rien considérer comme acquis, méritait un approfondissement parfois nécessaire. Bien sûr qu’on peut tout perdre du jour au lendemain; sa beauté ou au contraire sa laideur, ses amis, ses amours et sa vie tout court. Cette idée forte à la base est à mon sens un peu trop « bonbontisée », pour pouvoir me toucher concrètement. C’est dommage.

Quoi qu’il en soit, ce livre aura été pour moi une bonne lecture.  Il n’a, certes, pas été un coup de cœur tant souhaité mais en aucun cas je vous le déconseillerais. Il mérite qu’on s’y attarde pour se rappeler, aux détours de quelques lignes, certaines valeurs de vie qu’on a tendance, parfois, à laisser de côté. 

15.5/20

/ Ajoutez votre commentaire ici

    1. Oui, il fait partie de ces coups de coeur sur la blogo. Mais parfois, c’est un risque; on a tellement d’attente qu’on peut plus facilement atteindre une certaine déception (ce fut le cas avec d’autres pour moi).
      Quoi qu’il en soit, je te souhaite une jolie lecture si tu le tentes. 😉

  1. Moi j’ai eu un coup de coeur mais je l’ai lu à sa sortie en VO.
    Ca change tout- Je ne pense pas que je l’aurais ouvert à sa sortie française, on en a trop entendu parler… 😀

Laisser un commentaire