Me before you ; Jojo Moyes

Avant toi jojo moyes

558

_Me before You
(Avant Toi)

Jojo Moyes

Milady

Roman

524 pages

558

__« Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.  »

__Comment était-il possible de passer à côté de ce livre? Présent sur toute la blogo, sans oublier l’adaptation cinématographique (si je ne dis pas de bêtise), pourtant, tout ou presque m’empêchait de m’y intéresser… l’esprit de contradiction, d’abord (vous me connaissez), le fait d’avoir été spoilée, la couverture qui ne me plaît pas, puis Milady, qui, en général, n’est pas une maison d’édition que j’aime particulièrement.
Sauf, qu’il a croisé ma route, et je suis faible… 

_« J’avais cent dix-sept jours devant moi pour trouver à Will Traynor une bonne raison de vivre. » 
p.195

__Je remercie ma faiblesse ! Ce livre sera presque un coup de coeur. Il m’aura fallu à peine une journée pour le lire, tant, je ne pouvais le lâcher. C’est l’histoire de Lou. Lou est serveuse dans un café, mais elle vient de se faire licencier puisque ce dernier ferme. Lou vit dans une famille où l’argent ne pleut pas. Lou va devoir retrouver un boulot le plus vite possible pour aider ses parents financièrement, et après maintes tentatives, elle acceptera de passer un entretien pour s’occuper d’un jeune tétraplégique, un certain Will. C’est ainsi que sa vie changera. C’est l’histoire de Will, et de sa famille. Will Traynor, un homme riche et ambitieux. Will qui vivait, et faisait sa carrière à Londres. Will qui aimait l’aventure, vivre à cent à l’heure, un Will audacieux, courageux, mais un peu con parfois – il le dit lui même, un peu égocentrique, égocentré, centré sur son nombril. Puis, c’est l’histoire d’un jour où tout va basculer, où piéton, il va se faire renverser par un motard, et où il ne sera réduit qu’à un fauteuil. D’après lui. Il se définira qu’à travers son fauteuil. Bien décidé à ne pas s’éterniser dans cet état qu’il ne supporte pas, il laissera 6 mois à ses parents pour se faire à l’idée – l’idée de décider de mourir, mettre fin à cette insupportable condition. Son ultime choix. Ce sera aussi la raison pour laquelle Louisa sera « embauchée »; essayer de le faire changer d’avis.

 

_« J’avais besoin de donner à mon fils quelque chose à regarder. De lui dire, sans passer par les mots, que les choses peuvent changer, que les plantes peuvent pousser ou faner, mais que la vie continue. Que nous appartenons tous au même grand cycle, un schéma que seule la conscience peut embrasser. Bien sûr, je ne pouvais pas lui dire ça – Will et moi n’avons jamais su nous parler -, mais je voulais qu’il en ait la preuve vivante sous les yeux. Comme la promesse silencieuse qu’il existe quelque chose de plus grand – un avenir meilleur. » 
p.195

__Même si j’étais spoilée avant même de commencer, je vais tenter, moi, de ne pas le faire dans cette chronique. Bien, que dire? Premièrement, on s’attache aux personnages, que ce soit la famille de Lou, Lou elle-même, les parents de Will et Will, lui même. Il n’y a peut-être qu’envers monsieur Course à pied (le petit ami de Lou), et la soeur de Will, qu’on restera indifférents (ou presque) parce que figurants.  D’ores et déjà, sachez que j’ai eu un immense coup de coeur pour Will, bien plus que pour Lou. Mais comment peut-il en être autrement, dans le fond? Il est le personnage central et mis en avant. C’est un homme brillant, fin, lucide, drôle, parfois sarcastique (et j’aime les gens qui manient le sarcasme et l’ironie). Il a du caractère, il est touchant, et d’une force incroyable. Je me rends compte en relisant cette chronique qu’il n’y a pas de deuxièmement… faisons comme-si… Pour dire vrai, je crois avoir particulièrement aimé ce livre pour son absence de pathos. Avouons que le sujet pourrait s’y prêter… et bien, soulagement, ce n’est pas le cas. Bien sûr, il y a des choses discutables comme la beauté et le charisme de Will, les différences sociales entre nos deux protagonistes etc… mais oublions, c’est même absolument intelligent, puisqu’au delà de l’histoire d’amitié, des histoires d’Amour (amour – familiales – amicales..) les questions de fond sont présentes, et c’est ce qu’on retient du texte. Tous les avis y sont représentés, discutés, discutables, argumentés, et débattus. Cette question de fin de vie, souvent source de débat chez nos politiques, ou même dans nos familles, qui mérite d’être abordée et réfléchie. Il y a ceci, évidemment, mais aussi le regard que peuvent porter les gens (vous, moi) sur les personnes handicapées ; il y a ceux qui fuient du regard, ceux qui les « bloquent », les petites phrases complètement absurdes, ceux qui parlent comme s’ils ne pouvaient nous entendre, cette pseudo pitié, cette indifférence, ce dégoût possible, le regard des amis avant le drame, et comment ils perçoivent la personne ensuite.  Je le disais tout est abordé. Jojo Moyes signe ici un roman fin et intelligent, mais malgré tout, un écrit aussi plus sombre qu’il  ne peut paraître à la base, ou à ce qu’on s’attend en jugeant l’objet au premier regard. Non, l’optimisme n’y est pas Roi, c’est certain, même s’il y a des scènes sublimes, des scènes drôles, et une légèreté occasionnelle. Vous l’aurez compris, c’est une histoire qui fait réfléchir sous bien des aspects, une histoire qui ne tombe pas, non plus, dans la facilité, ni dans le nian-niantisme (et ça, c’est quand même génial!), c’est un roman synonyme de Bouleversant. Bouleversant parce que, conseil d’amie, il est absolument nécessaire d’avoir un paquet de mouchoir non loin de soi – je ne le cache pas, c’est assez rare quand les livres me font pleurer… et là, j’ai probablement pleuré toutes les larmes de mon corps pour les trois années à venir. Pour finir, vous resterez marqué par une lettre absolument sublime, à l’image, de notre personnage masculin principal.
Bien. Que dire de plus? Vous voulez un bémol?Allez, au delà de ces deux petits clichés, peut-être aurais-je aimé que ce soit un petit peu plus « littéraire », mais là, c’est du chipotage puisque le style passe en second (voire au septième) plan.

 ★★★★★


__Pour conclure : je conseille ce livre à tout le monde, mais il ne faut pas s’attendre à une romance rose bonbon. Jojo Moyes manie très bien l’évolution des personnages, et signe un roman bouleversant. Je le conseille donc à absolument tout le monde, et croyez-moi, vous allez rester des heures et des heures, imprimés par le souvenir de Will et de Lou. Je me laisse d’ailleurs quelques jours pour faire le deuil de cette histoire avant d’attaquer le tome 2.
Ps : par contre, je n’irai par voir l’adaptation cinématographique, je préfère rester sur ce sentiment de quasi coup de cœur, et de mon imagination, ofcorz.

 

/ Ajoutez votre commentaire ici

  1. Je suis entièrement de ton avis, la question de la fin de vie est abordée intelligemment et dans toute sa globalité avec différents avis et c’est ce qui fait que le roman est bien fait.
    J’ai aimé également le personnage de Will pour cette ironie et se sarcasme balancé à toute les sauces parce que je me suis retrouvée dans cette habitude, surtout lorsque je suis en colère ou que je n’arrive pas à exprimer mes émotions. J’ai vraiment été très touché par son caractère et sa façon de voir les choses : de façon très lucide même si c’est brutal.

  2. Ahhhh <3 Perso, je n'avais pas lu le résumé et j'ai été surprise à tous les points de vue ! Je trouve vraiment dommage que la quatrième de couverture aille si loin dans les détails.. Je n'aurais pas voulu en savoir autant avant de le commencer alors si en plus tu as été spoilée sur d'autres éléments, c'est encore plus dommage 🙁
    Enfin, je suis contente qu'il t'ait plu 🙂
    Des bisous <3

    1. Oui, je suis d’accord avec toi ! J’aurais aimé qu’il soit une entière surprise pour moi aussi… même si j’ai eu le temps de me « préparer », j’imagine mon état si je n’étais pas spoilée aha.
      Plein de bisous ♥

  3. J’ai adoré ce roman! Le personnage de Will était brutal et hyper vrai ! Je me suis vachement identifié à lui, je suis persuadée que je réagirais pareil que lui si j’étais dans son cas ! C’était un sujet dur mais l’auteur a réussi a en parlé avec douceur et même de l’humour je trouve ! C’était super ! 🙂
    Je ne sais pas si je vais regarder le film par contre… ou si je le regarde ce sera juste pour Sam Claffin et Emilia Clarke 😉

  4. Je n’avais pas eu un coup de cœur pour ce livre, je crois que j’en avais trop entendu parler avant de le lire, mais je l’avais trouvé tout de même bien mené! Et tu as bien raison de ne pas aller voir le film, j’ai trouvé le livre bien meilleur 🙂

  5. Tout pareil que toi ! Malgré les bémols ce roman reste très bon et aborde avec justesse un sujet important et difficile. Tous les points de vue sont abordés et c’est ce qui m’a le plus plu. Malgré le côté un peu caricatural de la famille de Lou, je l’ai beaucoup aimé. Ce qui m’a le plus touchée finalement c’est la relation d’amour-rancœur avec sa soeur. C’est complexe et pour une fois, nous n’avons pas des soeurs qui s’aiment totalement ou se détestent totalement.

    Je te comprends pour le côté  »littéraire » qui manquait. Je l’ai lu en anglais et ce n’est pas forcément un roman que je conseillerais en première lecture VO… Mais mis à part cela les dernières pages m’ont rémuee et c’est pour cela que je ne veux pas lire le second tome. Je veux avoir comme dernier souvenir cette lettre magnifique. Je veux limite rester dans cet état de  »manque »MAIS je lirai très certainement ta chronique pour savoir si j’ai tort.

    Je vais m’arrêter là, hein,je ne vais pas rechroniquer cette pépite et puis tes mots sont tellement mieux 🙂

    1. Ah, effectivement, je ne savais pas que c’était toi !
      Je suis contente de lire ton avis en tout cas, et je le partage, tu t’en doutes, à mille %. Par contre, je suis d’accord avec toi pour la relation amour rancœur avec sa sœur, néanmoins, à mon sens, elle n’est pas assez travaillée ou exploitée. Tu ne trouves pas?

  6. Pour info, le commentaire précédent est de moi. J’ai créé un compte WP il ya qq jours pour tester les fonctionnalités de la plateforme avec un nom de blog bidon sauf que j’avais oublié ce détail en écrivant mon commentaire…

  7. Non mais qui t’a spolié, que je le tue ? Pour l’adaptation, elle est vraiment hyper fidèle donc si tu changes d’avis, tu ne seras pas déçue 😉 en tout cas, merveilleux coup de coeur pour moi aussi… <3

  8. Même si ce roman n’a pas été un coup de cœur de moi, j’ai beaucoup apprécié le fait que l’auteure ne tombe jamais dans le pathos. Le récit est juste. Touchant. La relation se construit au fil des pages, lentement mais sûrement. Et ça, c’est beau. Une auteure qui aborde un sujet délicat sans en faire trop !

Laisser un commentaire