Maybe Someday ; Colleen Hoover

103759399_o_______________________________

Maybe Someday

Colleen Hoover

Robert Laffont

Hugo Roman

392 pages

_______________________________

Faites vibrer les cordes de votre coeur

« Sydney, 22 ans, a tout pour elle : le mec parfait, Hunter, un bel avenir et un superbe appart’ en coloc avec sa meilleure amie. Jusqu’au jour où, grâce à Ridge, son mystérieux voisin musicien, elle tombe de haut : Hunter la trompe dès qu’elle a le dos tourné. Sydney décide alors de tout plaquer. Faute de moyens, elle est hébergée par Ridge. Ensemble, ils composent des chansons. Elle vibre lorsqu’il lui joue ses magnifiques mélodies à la guitare. Mais le cœur de Ridge est pris depuis bien longtemps. Pourtant, de son côté, il ne peut ignorer la force silencieuse qui le pousse vers Sydney. Ensemble, ils vont comprendre que les sens ne peuvent jamais trahir le coeur… » 

Quand l’amour en dit davantage que la plus belle des chansons..

_____________________________

Mon avis

Après quelques lectures « sombres », j’avais besoin d’une romance légère, et fraîche. Comme ce fut impossible de passer à côté de ce livre là – sorti le 7 mai dernier – sur la blogo, et même si la couverture ne me plaît pas – je n’aime pas qu’il y ait des gens dessus, ça empêche mon imagination de fonctionner -, mon choix été fait. De l’amour, de la musique, sans oublier les chroniques dithyrambiques . 

Sydney, le jour de son anniversaire, va apprendre la pire des nouvelles : son amoureux et sa coloc-amie, couchent ensemble. C’est Ridge – son voisin musicien – qui lui annonce par sms. Comment réagir face à cette situation? C’est simple: premièrement, on se confronte à ces deux personnes, leur demandant d’avouer. Deuxièmement, on balance des coups de poings, puis on fait ses valises et on s’en va. Théorème de la rupture selon Sydney. Sauf qu’elle n’a pas les moyens de prendre un appart’, qu’elle ne peut pas compter sur ses parents, qu’en plus elle a oublié son sac et ne peut donc pas aller à l’hôtel… mais par chance, Ridge va lui offrir un canapé, puis une chambre dans sa coloc à lui. Voilà le Pitch de départ. 

Je dois avouer que les vingt premières pages m’ont été difficiles, puisque je viens de finir deux livres, qui, « stylistiquement » parlant – dont parlera la prochaine chronique- sont quasi parfaits. Du coups, la manière d’écrire de l’auteur me paraissait enfantine. Une fois avoir fait abstraction de tout cela, tout s’est arrangé et enfin j’ai pu savourer ce livre, qui est, et c’est peu de le dire, totalement addictif. Je l’ai trouvé abouti dans ces personnages, et pour une fois, le protagoniste féminin ne m’a pas fait sortir de mes gonds, puisqu’elle est quand même intelligente, mature, et droite. Mais c’est sans oublier Ridge, qui est très – très mais alors très attachant! Quel plaisir de lire leurs aventures! Même les personnages disons plus secondaires ont leur place, et ne sont pas mis de côté; on entre avec eux dans cette coloc’ un peu spéciale, et on rit aussi beaucoup. Entre séduction, frustration, création, musique, blague, ouverture d’esprit, et aventure. Tout y passe. On n’a pas le temps ni de s’ennuyer, ni de reposer le livre.  

« It’s making me feel
Like I want to be
The only man
That you ever see »
I’m in trouble 
p.212

La musique joue un grand rôle, comme vous l’avez sûrement déjà compris, et de participer à la composition-création-naissance d’une chanson fait de ce roman, un roman original – le rendant définitivement différent par rapport aux autres du même genre. À noter que l’auteur a collaboré avec un artiste (cliquez sur le titre de la chanson ci-dessus) pour mettre les chansons en musique –  l’histoire est encore plus vivante, encore plus réelle. De ce point de vue là, c’est un coup de cœur (comme le personnage de Ridge).
Mais évidemment, il y a des aspects plus négatifs, c’est vrai que j’en aurais aimé davantage sur la musique, et sur le groupe en lui même (bien que la scène finale aille dans ce sens). J’aurais aimé en savoir un peu plus sur la relation entre Ridge et son frère Brennan, ou Sydney et ses parents. J’ai vu les choses un peu trop venir – quant à l’histoire d’amour, puis le triangle amoureux – bien que très bien exploité cette fois -, m’a une nouvelle fois confirmé mon allergie. Sinon, c’est un sans faute. 

L‘été approche, et les romances collent bien à cette saison. Si vous aimez ce genre littéraire, c’est évidemment avec grand plaisir que je le conseille. Il est frais, intelligent sur bien des aspects. Où il est question de comportements, de moral, d’amour, de passion, de maturité, de remise en question et d’art. Et ce, toujours de manière légère.

Je vous souhaite une jolie lecture!

15/20

/ Ajoutez votre commentaire ici

  1. Sorti le 7 mai et hop déjà acheté et lu ? Tu vas plus vite que moi !
    Effectivement, une lecture fraiche et printanière – ça me fait penser un peu au film vu l’an dernier mais dont le titre m’échappe avec Adam Levine et Keira Knightley…

    Tu mentionnes deux lectures parfaites ? J’ai hâte de lire tes chroniques !

    1. Oui oui, je l’ai vu ce film… heum… « New York Melody »? Nom de ce genre. non?
      Avec ce genre littéraire, en une soirée ou deux, c’est lu. Par contre, le livre de la prochaine chronique, je mets plus de temps, et le livre ne fait que 143 pages, je savoure différemment. 🙂

  2. La couverture a elle seule m’aurait fait fuir loin de ce livre… et le résumé aurait fini le travail 😀
    Mais je comprends que l’on ait besoin d’un peu de légèreté et de « facilité » de temps en temps, ça fait toujours du bien.

  3. Tu as tout à fait raison, de temps en temps j’ai également le besoin de lire des lectures moins lourdes, plus simples et souvent je me tourne vers des romances. Le problème c’est que je suis souvent et j’ai peur que ce soit le cas pour ce roman-ci. Toutefois, le côté musique me plait bien!

    1. Je ne peux que confirmer ton commentaire.
      Le côté musique est original dans ce livre, ainsi que le personnage de Ridge (mais je ne voulais pas en parler pour laisser la découverte entière) 🙂

    1. Aha. J’avoue que cette phrase n’est pas Exceptionnelle !! Parfois, faut simplement se fier aux chroniques dithyrambiques des copines blogueuses, puis ne pas lire la quatrième; on peut passer à côté de certain bons livres… ou se rendre compte que définitivement on aurait pas dû le lire. :/ Une chance sur Deux.
      On a toutes nos défauts livresques.

Laisser un commentaire