Et soudain tout change ; Gilles Legardinier

6_______________________________

Et soudain tout change

 Gilles Legardinier

Pocket 

Roman

415 pages

_______________________________


« Pour sa dernière année de lycée, Camille a enfin la chance d’avoir ses meilleurs amis dans sa classe. Avec sa complice de toujours, Léa, avec Axel, Léo, Marie et leur joyeuse bande, la jeune fille découvre ce qui fait la vie.
À quelques mois du bac, tous se demandent encore quel chemin ils vont prendre. Ils ignorent qu’avant l’été, le destin va leur en faire vivre plus que dans toute une vie… Du meilleur et du pire, avec l’énergie délirante  et l’intensité de leur âge, entre espoirs démesurés, convictions et doutes, ils vont expérimenter, partager et se battre. Il faut souvent traverser le pire pour vivre le meilleur…. »

Mon avis

Il y a quelque mois, je vous parlais de mon sentiment mi figue mi ananas suite à la lecture de Demain J’arrête… sentiment plutôt mal vécu puisque j’avais adoré  Ca peut pas rater.
Vous n’êtes pas sans le savoir, mais le challenge d’août exigeait un roman jaune – et je n’aime pas cette couleur (elle me fait mal à la rétine, et ne me va pas au teint), sans oublier le fait que je n’avais rien dans ma PAL pour réussir le challenge, du coup, je me suis dit que ce roman ci serait parfait…
Moralement, j’avais envie de quelque chose de léger, de frais, et de drôle ! 

Nous avons tous conscience du talent de Gilles Legardinier ; la talent de faire rire avec des scènes souvent loufoques, à travers un quotidien qui ressemble beaucoup au nôtre… Je vais casser le suspense de suite ; j’ai beaucoup aimé cette lecture. 

Nous sommes donc aux côtés de Camille, et sa joyeuse bande – amis depuis toujours, ou presque. Cette dernière année au lycée est capitale, puisque à la fin, le bac sera là.  Une dernière année avant une possible séparation, une dernière année pour se poser la question de l’avenir, du futur métier, de « qui je suis », ou « que vais-je devenir », une année où les sentiments sont aussi multipliés par l’intensité et par la maturité qu’on acquiert – ou non.
Camille est un personnage facile à apprécier, je trouve. Puis, il est facile de se retrouver en elle – enfin moi, en tout cas. Elle est discrète, observatrice, elle se pose mille et une questions; sur tout, sur rien, sur l’essentiel et sur des futilités. « Je ne suis pas de celles qui savent, mais je pense être de celles qui sont prêtes à apprendre. » Elle manque cruellement de confiance, et vit les choses intensément, de l’intérieur. À travers ce qu’elle nous raconte, on est embarqué dans sa vie, et mille choses sont ressenties dans ce livre. (il faut que j’arrête avec ce « mille »!) 

« Je suis convaincue que lorsque deux personnes se quittent, c’est celui qui regarde l’autre le dernier qui aime le plus. Je ne l’ai pas quitté des yeux. Il ne s’est pas retourné une seule fois »
p. 307


Je suis toujours autant bluffée par le talent de Gilles Legardinier – son autre talent : celui de se mettre dans la peau d’une jeune fille, et être capable d’aussi bien raconter les sentiments humains. Malgré le prévisible de certaines scènes, rien est dérangeant, et me suis laissée embarquer sans le moindre souci dans cette histoire – sans pouvoir lâcher le roman, ne serait-ce qu’une seule seconde. C’est bon signe ! On passe de passages presque philosophiques, à des éclats de rire, puis aux larmes. Je vais le répéter une énième fois, mais c’est vrai qu’il est assez difficile de faire rire en littérature, et il me semble que c’est le seul auteur qui arrive à me faire prendre un fou-rire digne de ce nom…  à travers Tibor (qui, avouons-le, est Magique), à travers la relation Lucas et Camille (frère et sœur), mais aussi par les petites pensées de notre narratrice : parfois acerbes, ou totalement originales. Oui, j’ai beaucoup ri. Mais, ce serait mentir que de ne retenir que cela. Ascenseur émotif, je suis passée du rire aux larmes en trois pages et demi. Encore une fois, c’est assez rare pour le noter. Était-ce mon état d’esprit? Je ne sais pas, mais beaucoup dans ce livre m’a touché, même si bien sûr, il y a quelques bémols (il en faut toujours, n’est-ce pas?). Les passages « philo » sont parfois un peu « longués », et pour certains : non nécessaires, et même si je comprends le fait qu’on ne puisse pas tout dire et tout écrire, on s’attache tellement aux personnages secondaires (principaux secondaires) que j’ai été assez frustrée de ne pas en savoir davantage sur Axel, par exemple. J’aurais aimé plus, bien plus.  Un livre de mille pages? Oui, monsieur/madame!!!
Roman divertissant, assurément, mais qui cache un ton plus grave et plus profond – par rapport aux deux précédents – il s’y cache la question des sentiments sous toutes formes à la fin de l’adolescence – quand on devient de jeunes adultes : celles des relations entre parents et enfants – les divorces, les silences, l’incompréhension, les secrets. Celle d’une relation entre frère et sœur : comment passe-t-on des insultes à une complicité? Celle avec nos amis, nos meilleurs amis, ou ces sentiments amoureux qui ne font que grandir, ou évoluer. Il y a cette évidence et maturité qu’on acquiert grâce à l’âge et aux dialogues : se rendre compte, par exemple, que nos professeurs sont des êtres humains fait de passés et d’émotions, et non des dinosaures qui ne vivent qu’à travers leurs cours – ou faire chi*r les élèves. Ces petites pensées du quotidien qui nous font grandir, et penser. Puis, le fondamental, bien sûr, tenter de savoir qui on est, comprendre nos propres émotions qui parfois frôlent le paradoxal, ce sentiment du bien et du mal, de la justice, et de comment nous voulons évoluer à travers cette vie qui nous fait vivre le meilleur, comme le pire, mais qui nous construit dans tous les cas. Se rendre compte que le monde est plus grand, plus complexe, et comment on doit faire face à cela.  C’est une jolie, jolie, surprise, donc. Et non, je ne vous en dirais pas plus, vous en savez déjà trop. À vous de le découvrir !

« Quand je vous demande de citer des exemples de réflexes atypiques, j’ose espérer que vous allez vous appuyer sur le cours et pas sur des âneries entendues je ne sais où. Parfois, on ne dirait pas que vous êtes en terminale ! Alors non, Julien, quand on te tape juste sous le genou avec un petit marteau, le réflexe n’est pas de mettre une baffe. Non, Hugo, baver en voyant une jolie fille n’est pas un réflexe, et pour l’amour du ciel, Inès, le fait que les pendus aient leur « petit robinet » tout dur par temps d’orage ne relève pas du réflexe puisqu’ils sont morts! Et les garçons n’ont pas de petits robinets mais des pénis! »
p. 206

Ca ne vous rappelle pas vos années collèges/lycées? Avec la surenchère de bêtises? Et la classe hilare? Moi, si ! 

15.5/20
Livre Aout , challenge 2015

/ Ajoutez votre commentaire ici

  1. Je suis justement en train de relire ce livre. Le personnage de Tibor est vraiment top, sans lui Et soudain tout change n’aurait pas la même fraîcheur. Je suis d’accord avec toi, les passages philosophiques sont parfois trop longs (surtout quand on a déjà lu l’ouvrage et qu’on sait plus ou moins ce qui nous attend ^^). Encore une fois, Gilles Legardinier nous offre une merveilleuse histoire. J’ai pleuré la première fois, est-ce que je vais pleurer la seconde ? On verra bien mais il y a de fortes chances que oui !

    1. Relire? Oui, Tibor est vraiment un des personnages fort de l’histoire, il m’a vraiment vendu du rêve ! Je suis contente que tu partages le même avis que moi. Est-ce que tu vas pleurer la seconde? Je ne sais pas, mais en tout cas, comme toi, j’ai pleuré !
      Passe une nouvelle jolie lecture 😉

  2. J’ai adoré « Complètement cramé », lu il y a peu, et été un peu déçue par « Demain j’arrête ». Je compte poursuivre ma découverte de l’auteur par le titre que tu viens de chroniques, et je pense que ça ne devrait pas tarder, d’autant plus que tu me donnes très envie de céder à la tentation 🙂

    1. Je comprends totalement ! « Ca peut pas rater » est probablement celui que j’aime le plus de deux. Je pense lire « complètement cramé » assez vite, surtout depuis ta chronique !
      On en reparle très bientôt, alors 🙂
      Je te souhaite d’ores et déjà une jolie lecture.

    1. Je comprends, pour ma part, s’il n’y avait pas eu le challenge, j’aurais probablement lu « complètement cramé » d’abord – via la 4eme. Mais finalement, ce livre a été une jolie surprise. C’est « rigolo » parce qu’à lire les commentaires, y’en a un sur deux qu’on aime moins aha.
      Je ne sais pas quel est le deuxième roman, je prends tout dans le mauvais sens avec Legardinier :s

      1. Si je ne me trompe pas je crois que son 2ème roman est « Complètement cramé », « Et soudain tout change » doit être le… 3ème si je ne m’abuse.
        Rho oui c’est vrai qu’on lit souvent qu’un de la série déçoit plus que les autres… J’ai hâte de découvrir « ça peut pas rater », si c’est une comédie comme « Demain j’arrête » je risque de beaucoup aimer. 🙂

        1. Ah oui, d’accord. Ce sera ma prochaine lecture, du coup.
          Je suis certaine que tu aimeras « Ça peut pas rater »! Enfin, je l’espère vraiment, puisqu’il a été un très très joli moment pour moi. Une comédie romantique comme on les aime – je crois.

          1. J’espère que tu aimeras, tu verras que « Complètement cramé » a aussi une part de réflexion 🙂 Il est moins léger que « Demain j’arrête ». Donc il pourrait vraiment te plaire si tu as déjà aimé cet aspect avec Et soudain…

  3. C’est trop bête, on aurait dû en faire une LC ! ^^ AAAAHHHH la citation que tu as mise, je l’ai soulignée également, et je l’ai même ajoutée sous ma nouvelle photo de profil FB !! (3615 my life). COPINE, on est vraiment faites pour être amies <3 C'est vrai qu'on aimerait en apprendre davantage sur Axel… c'est le portrait d'une bande, finalement, et de Camille en particulier… Bref, je partage ton sentiment sur cette lecture !! 🙂

    1. Oui ! Mais faut avouer que c’est toi qui m’a tenté pour ce livre là, après ta chronique! Comme je dis, j’étais partie sur « Complètement cramé » à la base .. Mais tu fais mal à ma Pal, aha ! 😀
      Ahaha, j’aime bien que tu racontes ta vie / avoir des commentaires enthousiastes comme ça ! J’imagine que tu parles de la citation sur les des deux personnes qui se quittent? (Question con, je pense…)
      Vive la blogo, et ses rencontres 😀 ♥

      1. Hihi, les bonnes copines font toujours mal à la PAL quand elles ont des goûts communs aux nôtres :p Oui oui, je parle bien de la citation sur les gens qui se quittent. Ca faisait écho à mon petit coeur après ma rupture :'(
        <3

        1. Exactement ! Oh bichette ! Que je comprends! Je dois admettre avoir fait un flash-back dans ma propre vie pour savoir s’il y avait eu « ce moment là » que je n’avais pas repéré. J’en ai tiré mes propres conclusions 😉

          1. Aha, je ne pense pas que ma vie soit folle intéressante pour toi, tu sais ! 😀
            Par contre, il y a une chose qu’il faudrait que j’aborde avec toi – en privé dans l’idéal (rien de foufou, je te rassure). Genre une adresse mail, ou qu’on passe par Twitter.

    1. Alors si le thème s’harmonise avec la rentrée, tu devrais peut-être essayer celui-ci. Je l’ai vraiment beaucoup aimé. Après, lesquels n’as-tu pas lu?
      Mon favori reste vraiment « ça peut pas rater », pour l’instant.

      1. Je dirais, de mémoire, Demain j’arrête et un autre, mais je ne sais plus son nom, il faudra que je fouille dans mes armoires, s’il n’est pas déjà prêté à quelqu’un…

        1. Okey. Bah écoute, fonce avec celui-ci, ou « Ca peut pas rater », le dernier – qui est top – d’après moi, bien sûr. [Je pourrais te le prêter, mais on n’a pas la poste en Auvergne ;)]

  4. Je l’avais lu en avril et j’avais beaucoup aimé. Je crois que tu as tout dit, une fois de plus, notamment en ce qui concerne le talent de Gilles Legardinier pour nous faire passer du rire aux larmes (et dans ce livre, c’est vraiment le cas !), et pour se mettre totalement dans la peau de son personnage, quel que soit son âge et son sexe. Après, l’écriture n’est pas révolutionnaire, mais pour ça, c’est bluffant.

    J’ai aussi adoré le personnage de Camille, dans lequel je me suis en partie retrouvée dans mes années lycée – comme pas mal de monde je pense.
    Petite anecdote : ce livre m’a tellement fait rire que j’ai repris l’idée de la carte postale pour un chien, et ça a beaucoup amusé le maître (après m’avoir pris pour une folle).

    Petite citation pour finir : « On devrait être stressés comme des cochons d’inde scotchés sur le capot d’une formule 1 lancée à 250km/h à l’entrée d’un grand virage ». Mais où trouve t-il tout ça ?

    1. Ahaha ! Je ne sais pas, mais je me pose souvent la question quand je lis ses livres! Comme ce passage là où Camille parle de la prof de philo : « Pourtant, à sa place, j’aimerais bien que quelqu’un me dise que je ressemble à un panneau de risque de verglas néo-zélandais » ahaha ! Non mais je te jure !
      Oui, la manière d’écrire n’a rien de révolutionnaire, mais il est tellement efficace dans ses péripéties, et dans l’humour – puis dans les larmes avec celui-ci, qu’on oublie le reste. Je pense qu’on se retrouve tous plus ou moins dans Camille, oui!
      Ahaha, tu es magique pour la carte postale, m’enfin, si je devais me retrouver dans la situation, à cause de ce livre, je crois que je serais capable de le faire ! C’est drôle, gentil!

  5. Hello! Je fais une pause, mon blog est enfin là et il faut que je prenne l’air (encore des plugin à installer…)le soleil est de retour (après une belle averse) en lisant ton long mais exquis billet ! Bon, tu vas réussir à me le vendre pourtant je n’aime pas les romans « de développement personnel », mais en est-ce un ? Tu parles dans les commentaires d’un autre que tu as adoré mais je ne sais plus !

    1. Hello! Oui, fais des pauses, tu le mérites bien! ( Je vais aller voir ton blog d’ici peu de temps.)
      Développement personnel? Je ne le vois pas du tout ainsi, pour moi c’est un livre de divertissement – sans être péjoratif, bien sûr – mais avec un sujet un peu plus grave en fond – dont je ne parle pas dans la chronique pour laisser la « surprise » au lecteur.
      Et en effet, j’avais beaucoup aimé « Ca peut pas rater », qui est probablement celui que j’aime le plus des 3 lus de l’Auteur. Après tout dépend du sujet que tu préfères pour aborder l’auteur – celui-ci, et le côté fin d’adolescence, ou, une comedie romantique .

      1. ah tant mieux si ce n’est pas du développement personnel (ma faute .. pas beaucoup dormi!) donc je vais voir ça de plus près !!!
        Surtout un livre où l’on rit beaucoup, j’en ai besoin !!

  6. J’ai dévoré ta chronique ! Plus fluide, on ne fait pas ! Franchement, elle était très intéressante, je n’aurais jamais cru que derrière ce roman à la couverture criarde se cache autant de messages ! ( Moi non plus le jaune ne me va pas au teint, soit dit en passant )
    J’ai deux romans de Legardinier dans ma PAL (Demain J’arrête et un autre dont je ne me rappelle pas le titre. Faut dire que tous ces chats ne m’aident pas du tout !)
    Désormais, ce livre me fait très envie, il me tarde de le découvrir !

    1. « Demain j’arrête » beaucoup l’adore ! Alors, j’espère qu’il en sera de même pour toi. J’espère, j’espère! Quant à la couverture des chats, en ayant acheté « ça peut pas rater » en premier, je trouvais la couverture franchement kitsch, voire pas jojo du tout ! Puis à force, on finit par les apprécier aha !
      J’ai hâte de lire tes chroniques en tout cas !

  7. Je n’ai encore rien lu de cet auteur mais je compte commencer par Demain, j’arrête comme on me l’a prêté! J’espère que j’en ressortirai plus convaincue que toi et sinon, je m’attaquerais à ses autres romans 🙂

  8. J’avais beaucoup aimé Demain j’arrête mais également Complètement cramé, je trouve que ses histoires ne se ressemblent pas et c’est ce que j’apprécie. J’ai adoré son thriller Nous étions les hommes, et celui-ci est le suivant sur ma liste ! J’ai hâte =)

    1. Ah ! Je te souhaite donc une excellente lecture ! Pour ma part, le prochain sera « Complètement cramé ». Je n’ai pas lu son thriller, et c’est la première fois qu’on m’en parle d’ailleurs.

      J’espère que tu aimeras celui-ci, mais j’en suis Certaine !

      1. Il a écrit un autre thriller L’exil des anges qui est dans ma PAL, mais il est vrai que l’on connaît plus ses comédies. J’ai rencontré l’auteur en salon et c’est lui qui m’a parlé de ses thrillers, sans cela je ne saurais pas non plus.

  9. Et bien personnellement j’ai adoré Demain J’arrête, et j’en garde encore un excellent souvenir alors que je l’ai lu il y a plus d’un an. 🙂 Legardinier est un auteur qui fait du bien au moral, et pour moi c’est donc un vrai grand auteur, quoi qu’on en dise.^^ Je n’ai pas encore lu ce livre, mais j’ai Complètement Cramé dans ma PàL. 🙂

    1. Je comprends qu’on puisse adorer ce livre, c’est vrai que j’ai tellement aimé « Ca peut pas rater », que je les compare automatiquement. Et je suis d’accord avec toi, Legardinier est un auteur qui fait du bien! Et ça, c’est quand même génial !
      Je te souhaite une jolie lecture pour « Complètement cramé ».

Laisser un commentaire