Conversion ; Katherine Howe

Conversion

_______________________________

CONVERSION

Katherine Howe

Albin Michel

Roman

474 pages

_______________________________

« Qu’arrive-t-il aux élèves du prestigieux lycée St Joan? Une adolescente est prise de convulsions puis d’autres présentent à sa suite d’étranges symptômes : perte de cheveux, paralysie, quintes de toux… La presse s’empare de l’affaire, la rumeur enfle jusqu’à la panique. Seule Colleen remarque un détail qui a échappé à tous : St Joan se trouve à l’emplacement du village de Salem où, trois siècles plus tôt, des jeunes filles ont été touchées par des troubles similaires… Les époques se croisent, les drames se nouent : stress, simulation ou sorcellerie? »

Née en 1977, Katherine Howe est une descendante directe d’une des célèbres « sorcières » de Salem. Son roman est inspiré par un fait divers survenu à l’été 2012 au lycée Le Roy dans l’État de New York qui a tenu l’Amérique en haleine. 

_____________________________

Mon avis

L‘auteur construit son roman à partir de deux choses; le passé – le procès des sorcières de Salem, et le présent – l’étrange affaire au lycée St Joan.
Colleen est la narratrice du présent, elle et ses amies : Emma, Anjali, et Deena, sont étudiantes en terminale à St-Joan, et toutes rêves de fac et de vies différentes – plus ou moins. Colleen, qui rêve, elle, d’Harvard, est une élève très studieuse, en compétition avec plusieurs autres filles de sa classe, dont Fabiana, pour savoir laquelle des deux prononcera le discours de fin d’année. Une vie au lycée avec ses avantages et ses inconvénients, donc.
Ann, quant à elle, est notre narratrice du passé, on comprend dès le départ qu’elle cherche à se confesser auprès du révérend Green.. mais pourquoi? Elle nous raconte, petit à petit, l’affaire de Salem.
J‘ai beaucoup aimé cette construction de roman, puisqu’elle permet un certain souffle entre les deux histoires, puis de maintenir un certain suspense; celui de lire un autre chapitre, puis encore un autre.
Je suis prête à parier, que si comme moi vous commencez ce livre, vous serez  dans l’obligation de le terminer, et vite…  

Passage non important pour ne pas vous spoiler – mais qui m’a fait rire :

« Ce n’est pas évident, d’avoir l’air à la fois indifférente pour que les types louches vous fichent la paix, et assez présente pour que vos copains vous repèrent. En général, j’adopte un mélange de occupé/préoccupé/mystérieuse, comme si j’étais une jeune femme à peine débarquée d’un vol en provenance de Genève et que j’attendais mon chauffeur.
– Vous cherchez quelqu’un? m’a demandé une voix inconnue frôlant mon oreille.
J’ai sursauté. Pas très crédible pour une femme  à peine arrivé de Genève. »
p57

Alors, j’ai aimé la construction, oui, mais j’ai aussi aimé le fait que l’auteur nous plonge immédiatement dans son histoire. J’ai aimé ne pas savoir où j’allais aller… ces jeunes filles prises de convulsions, de pertes de cheveux, de paralysie… tout ce mystère autour du lycée, autour de cette maladie, forcément, au fil des pages, je me suis créée maints et maints scénarios différents. Je me suis vite attachée au personnage de Colleen, même si je n’ai vraiment pas apprécié, ni même compris, son comportement (et celui de ses parents et son frère) vis-à-vis de Wheez, sa petite sœur.. – Si vous le lisez je suis d’accord pour qu’on en parle… parce que ça restera un mystère pour moi. – Pour rester dans le petit bémol, j’ai trouvé que la relation avec Spence était un peu rapide, voire un peu bâclée : je veux bien que ce soit une histoire en arrière-arrière-arrière plan, mais je pense que soit il ne faut rien écrire, soit, y aller à fond.
Avec un minimum de recul, je dois admettre avoir une légère préférence pour la partie dans le présent, puisque, en effet, les pages qui se déroulent en 1706 ont laissé une trop grande distance entre Ann et moi… Ceci étant dit, rien n’est inintéressant, bien au contraire, je pense même me renseigner davantage sur ces « sorcières de Salem », ça a attisé ma curiosité, puis, il faut rendre à César ce qui est à César (j’adore cette expression), l’auteur écrit très bien; nous sommes réellement plongés dans le procès. Il y a juste cette distance, et c’est dommage.
La fin, quant à elle, est à mon sens parfaite. Surprenante, bien sûr, puisque encore une fois l’auteur joue avec nous en y plaçant un zeste de doute, une certaine symbolique pour nous déstabiliser, même si dans le fond tout parait beaucoup plus claire, plus logique, voire évident… presque. 

En conclusion, même si tout n’est pas Parfait, par quelques détails çà et là, c’est un excellent livre que je ne peux que conseiller. Oui, j’ai aimé être baladée entre ces deux époques. J’ai aimé la plume de l’auteur, ses mots, et son intelligence quant à l’intrigue. J’ai aimé qu’elle joue avec nous du début à la fin, être tenue en haleine pendant plus de 470 pages. J’ai aimé savoir que tout ceci n’était que fiction, basée sur des faits réels. J’ai aimé cette saveur pendant ma lecture, entrecroisant passé et présent, jusqu’au dénouement final… sauf si…

Peut-être même, le lirai-je une seconde fois, pour vérifier si je ne suis pas passée à côté de certaines choses,
maintenant, je vais aller faire quelques recherches supplémentaires sur Salem.

Note de l’écrivain :
« Je me suis permis un certain nombre de libertés avec les deux histoires, même si de nombreux faits sont vrais. »

 Je vous souhaite une merveilleuse semaine.

Ps : l’objet livre est merveilleux.

16/20

/ Ajoutez votre commentaire ici

  1. Tu me fais découvrir un nouvel auteur et un nouveau livre. Tu es très enjouée, mais apparemment tu es presque prête à le relire, ce qui m’intrigue beaucoup ! Passer à côté de quoi ?

    1. Parce que le livre est très dense en terme d’informations, et l’intrigue tellement prenante, que je suis certaine qu’on passe à côté de micro détails – moi en tout cas. Une seconde lecture, une fois la surprise assouvie, je pense qu’elle peut être possible pour mieux comprendre l’histoire ou la décortiquée avec plus d’attention – quelque chose dans le genre.

      En tout cas, je suis persuadée que ce livre pourrait te plaire. Certaine même.

    1. Ah, j’espère aussi que tu seras sélectionnée 🙂
      Je comprends, et je confirme, dans tous les cas, je te souhaite une jolie lecture (par avance). J’ai hâte d’avoir ton ressenti – puis que tu m’éclaires sur une ou deux choses 🙂

  2. Je ne connaissais pas du tout ce roman, mais je serais ravie de le lire !
    J’aime beaucoup la narration alternée, et le roman a le mérite d’être orignal ! Le sujet abordé est tellement.. étrange !
    Et puis si la fin est bien, alors aucune raison de ne pas le lire !
    PS: c’est vrai que la couverture est très jolie !

    1. Exactement. Je ne peux que te le conseiller.
      Ps : Oui, puis pour chaque partie, y’a un petit dessin et une citation – c’est joli, même si la citation est parfois… je n’ai pas le terme adéquat, « bizarre? », on va se contenter de bizarre.

Laisser un commentaire